• Conduis ta vie

    Conduis ta vie
    un dispositif innovant pour aider au financement du permis. DL 19 février 2018

    C'est une première sur le sol cessieutois et le bi­lan est, à ce jour, positif. Le projet "Conduis ta vie ini­tié par le CCAS, a donné un bon coup de pouce à deux jeunes filles de la commune, quant au financement de leur permis de conduire.
    Marilyne Bel-Sicaud, ad­jointe en charge du CCAS, a mené de front l'opération, soutenue par Landry Da Sil­va, responsable du service jeunesse. «Nous ne som­mes pas en milieu urbain et aujourd'hui, le permis, c'est un sésame pour accéder au monde du travail. Nous avons constaté que bon nombre de projets du CCAS étaient tournés vers les per­sonnes âgées. Nous avons donc souhaité diversifier nos activités en faveur des jeunes », explique l'élue.
    En octobre dernier, tous les jeunes de 18 ans ont été in­formés de l'opération par courrier: une aide de 500 euros pour le permis de conduire, en échange d'une semaine de service au sein de la commune.
    Pour participer, plusieurs critères étaient néanmoins de rigueur: être âgé de 17 à 22 ans, résider dans le villa­ge et fournir des pièces justificatives essentielles au dé­pôt de la candidature.
    Au total, neuf dossiers ont été remis au secrétariat de mairie. Parmi eux, deux chanceuses tirées au sort: Ambre Cuvelier et Marceli­ne Cerclérat. «La plupart du temps, quand on parle du CCAS, on pense tout de sui­te aux personnes défavori­sées. Ce projet-là a la particularité de s'adresser à tous les jeunes, quels que soient leurs revenus ou ceux de leurs parents », explique Landry.
    En réalité, dans ce projet-là, le gagnant est bien évidem­ment le jeune citoyen qui offre 35 heures de son temps pour découvrir le monde du travail, en fonction de ses centres d'intérêt et de ses compétences. Pour Marily­
    ne et Landry, l'idée était aussi de les familiariser avec les différents secteurs d'ac­tivités communales, bien loin d'un vrai travail, plus proche d'une mission d'ob­servation. «Nous ne vou­lons pas que les bénéficiai­res de "Conduis ta vie" ne voient que l' aspect financier du programme. Nous sou­haitons qu'ils appréhendent aussi la dimension citoyen­ne de l'engagement. »
    Reste maintenant à dresser le bilan du dispositif. « Nous ferons prochainement une réunion de travail avec les membres du CCAS, pour envisager ou non une nou­velle édition de "Conduis ta vie". Ce projet a un coût non
    négligeable, cela demande une réflexion de groupe », conclut Marilyne Bel-Si­caud.

    Marceline et Ambre se connaissent depuis tou­jours. Elles ont partagé les mêmes bancs de l'école. Même si une gratification de 500 €, pour le finance­ment d'une partie de leurs heures de conduite, est un point fort, elles ont mis du cœur à l'ouvrage dans leurs fonctions au sein de la commune: mission d'ani­mation au sein du centre de loisirs, aide au secrétariat... Leur passage dans les lo­caux communaux leur a été positif. 

Encore plus d'articles...